Les jeunes présentant des troubles du spectre autistique ont de grandes difficultés à s’intégrer tant dans les activités sociales que scolaires. Le processus d’inclusion que les professionnels de tous les pays mettent en œuvre est basé sur des protocoles généraux. A partir de l’expérience des institutions de notre réseau ainsi que des familles, nous avons mis en œuvre une pratique qui soutient les spécificités de chaque jeune, en tenant compte des intérêts qui leur sont propres. Il s’agit d’un travail qui nécessite de partager les savoirs afin de constituer à chaque fois un savoir-faire utile pour l’intégration des jeunes. Cette orientation, un peu plus complexe à mettre en œuvre se révèle plus intéressante pour les jeunes et plus efficiente pour l’action sociale et les possibilités d’apprentissage.

Le projet vise à partager ces expériences entre les partenaires européens et les familles afin de présenter cette expérience au plus grand nombre d’acteur du scolaire et de la confronter aux expériences du terrain.

Le réseau des participants s’est structuré à l’occasion d’un séminaire européen réalisé en 2018. Les participants seront des professionnels d’institutions spécialisées travaillant avec des enfants présentant des troubles du spectre autistique (de France, Espagne, Italie, Belgique et Bulgarie), des associations de familles et des jeunes susceptibles  de contribuer, et enfin des chercheurs en psychologie et sciences de l’éducation (France, Bordeaux et Rennes).

Le projet consistera à construire à partir d’échanges et d’expériences un guide destiné aux professionnels de l’éducation s’occupant de jeunes présentant des troubles du spectre autistique. Cette action sera complétée par une vidéo pédagogique et des travaux de cadrage scientifique. Un ouvrage devrait compléter ce travail qui fait suite à un premier séminaire européen qui a permis de construire le réseau (et a déjà donné lieu à un premier ouvrage). 
Les échanges seront structurés dans des séminaires réguliers, complétés par des journées et colloques valorisant la diffusion de ce travail. Un site permettra les échanges et les réseaux sociaux permettront la diffusion.

A partir des produits de ce travail, un nouvel élan, tenant plus compte des souhaits et possibilités des jeunes, devrait permettre à ces jeunes de participer au mieux à la vie de nos sociétés et de trouver une place dans l’institution scolaire. Ce travail devrait aussi permettre de confronter les pratiques européennes et permettre d’en produire un certain modèle.